Version imprimable

Le  Prix Eco-Innovation 2012  distingue deux travaux de thèse portant sur l'environnement

Organisé dans le cadre du Salon Environord, qui se tient à Lille Grand-Palais du 12 au 14 juin, le Prix Eco-Innovation "Thésards" 2012, organisé en partenariat avec le CD2E ( association régionale dédiée à l'accompagnement des éco-entreprises du Nord Pas de Calais) , est décerné par le PRES Université Lille Nord de France. Il récompense, pour la deuxième fois, des travaux de thèse portant sur l'environnement
Le Jury, s'est attaché à distinguer le caractère innovant de la thèse et les retombées socio-économiques potentielles.  Les Prix  concernant les doctorants ont été remis par le Délégué Général du PRES, Arnaud Fréville et le responsable du Collège Doctoral Lille Nord de France, Joël Cuguen, le 12 juin, dans le cadre du Salon Environord.
 

1er Prix :  Mlle Marion CARTERET,   pour sa thèse soutenue intitulée : « Evaluation de l'exposition des personnes aux polluants issus des chauffages d'appoint au pétrole». Le prix se concrétise par l’attribution d’une somme de 2.500 euros ( remis à son directeur de thèse, celle-ci n'ayant pu se déplacer)
Thèse réalisée dans le cadre du laboratoire PC2A UMR CNRS 8522  (Université Lille 1)

Résumé de la thèse  : Les poêles à pétrole sont des appareils de chauffage dépourvus d’évacuation des gaz brûlés vers l’extérieur de la pièce. Ils ont été à l’origine de 49 cas d’intoxication aiguë au monoxyde de carbone en France en 2007. Ce type de chauffage est probablement responsable d’intoxications chroniques, mais celles-ci ne sont pas documentées.
Ce travail de thèse a permis d’une part la quantification en laboratoire des émissions gazeuses de poêles à pétrole récents (NO, NO2, CO, CO2, COV) et d’autre part l’élaboration de protocoles de mesure pour l’étude de la qualité de l’air à l’intérieur de logements du Nord-Pas-de-Calais.
Des mesures de terrain chez six volontaires ont permis de tester nos protocoles dans un milieu plus complexe que celui du laboratoire. Le rôle prépondérant des poêles à pétrole sur les niveaux de pollution dans les logements a été mis en évidence. Ce travail servira de base à une future étude épidémiologique portant sur la santé respiratoire des utilisateurs de tels appareils de chauffage.
Caractère innovant de la thèse : Des mesures de polluants ont été réalisées sur des modèles de poêles à pétrole français récents (à mèche et électronique), avec des carburants récents, et permettent ainsi d'actualiser les données disponibles. Les émissions d'un modèle de poêle électronique, de plus en plus utilisé actuellement, ont été quantifiées et les résultats obtenus sont les seuls disponibles à notre connaissance.
Retombées socio-économiques potentielles : une campagne de mesures pilote  a été mise en place afin d'évaluer les niveaux d'exposition réels des utilisateurs de poêles à pétrole. Des pistes de prévention ont été mises en évidence et le travail en partenariat avec l'APPA (Association de Prévention de la pollution atmosphérique) permettra de préparer des campagnes de sensibilisation à l'usage des poêles à pétrole afin de mieux prévenir les intoxications aiguës et chroniques.

2eme Prix : Mlle Vanessa PASQUET,  pour sa thèse en cours intitulée : « Etude de procédés de traitements des textiles à faible impact environnemental».
Thèse effectuée à Lille 1 avec le concours du laboratoire GEMTEX (ENSAIT)  Le prix se concrétisera par l’attribution d’une somme de 1.500 euros.


Résumé de la thèse  : De nombreuses études montrent que l’ennoblissement des textiles (pré-traitements, teinture, impression, finition) est une étape qui impacte fortement sur l’environnement. Parallèlement, de nouvelles technologies (enzymes, plasma, ultrasons, etc.) en lien avec une chimie plus verte se développent et permettent de substituer les traitements traditionnels.
Cependant, afin de justifier de ces alternatives, il est nécessaire de quantifier les impacts environnementaux de ces nouveaux procédés. Dans cette optique d’éco-conception, nous développons une méthodologie adaptée à la comparaison  environnementale de procédés textiles équivalents en nous aidant de l’outil d’Analyse du Cycle de Vie (ACV).
Dans un premier temps, les travaux de thèse se sont axés sur l’adaptation de la méthodologie d’ACV aux procédés de traitements des textiles afin de comparer les procédés existants avec des procédés émergents : débouillissage du coton, mercerisage du coton, teinture du coton, teinture du polyester, hydrophilisation du polyester, etc. Les meilleurs procédés d’un point de vue environnemental ont été identifiés.
Ensuite, elle a  étudié la substitution de molécules toxiques utilisées dans la teinture du polyester pour faciliter la diffusion des colorants dans les fibres, par une molécule agro-sourcée et non toxique.
Caractère innovant :  De nombreuses technologies sont développées pour réduire l’impact environnemental des procédés d’ennoblissement textile mais peu d’évaluations environnementales y sont associées. Nous avons développé une méthodologie d’évaluation environnementale aux procédés de traitements de textiles et l’avons appliqué à de nombreux procédés traditionnels et émergents. Parallélement, elle a développé un nouveau procédé de teinture du polyester n’utilisant pas de molécules toxiques.
Retombées socio-économiques potentielles:   Ce projet de recherche a permis d’adapter l’Analyse du cycle de Vie à la problématique des PME d’ennoblissement en mettant à leur disposition des critères environnementaux associés aux procédés d’ennoblissement. Le projet ACVTEX, dans lequel s’inscrit cette thèse vise à encourager l’implémentation de nouvelles technologies plus respectueuses de l’environnement au sein des entreprises de la région. La concrétisation de ces travaux aura des répercussions directes sur la qualité de l’environnement et permettra aux entreprises de réaliser des économies en réduisant leur consommation en eau, en énergie et en produits chimiques